WHV Australie : Quoi emporter dans son backpack ?

Hello tout le monde , comment allez-vous aujourd’hui ? Moi mood bizarre. Demain c’est le grand jour, je repars à nouveau pour un an. Je suis à la fois hyper impatiente et en même temps un peu triste. C’est un peu plus dur que la première fois j’ai l’impression. Mais bon, je me console en me disant que j’ai tellement de beaux projets cette année que 2020 a de fortes chances d’être encore meilleur que 2019 !!! Et surtout, avant d’atterrir à Sydney, j’ai deux escales de folie : LOS ANGELES ET HAWAI BEBEEEE !

Bon, je reste que trois jours à LA. Et j’ai qu’une longue escale de 20h à Honolulu, mais ça n’en reste pas moins trop cool !!!

Ahhh mon Australie, enfin je te retrouve ! Tes plages de rêve, tes gens souriants et bienveillants, tes diversités de paysage, tes nombreuses activités, tes petites animaux tout mignons… J’ai tellement hâte !!!

Mais avant ça, j’ai un truc particulièrement saoulant à faire : Mes bagages

Et donc quoi de mieux que de vous présenter : Quoi emporter dans sa valise ou son backpack pour un working holiday visa en Australie ?

Alors voici pour vous aujourd’hui, des petits montages ( à screener si vous le souhaitez ) de l’essentiel que j’ai du faire tenir avec moi dans un sac à dos de 50L et dans un petit sac à dos de 20 L !!! Et croyez le bien : Cela n’a pas été chose facile !

Et voilà, c’était donc exactement ce que j’avais apporté pour mon premier working holiday visa !!! Et ça n’a pas été facile de tout faire rentrer dans les sacs !!! A savoir que cette liste est totalement objective : J’ai pris ce dont je pensais avoir besoin, qui me correspondait, qui allait m’être utile. Tout dépend de vous et de votre mode de vie en Australie : Par exemple, si vous comptez vous installer dans une ville, je vous conseille de prendre beaucoup plus de vêtements professionnels ou habillés. Il faut savoir que ça a été un de mes regrets même si je sais que je n’avais pas le choix et que je devais faire des concessions : J’avais pris beaucoup trop d’habits prévus pour des road trip et très peu de vêtements habillés alors que d’habitude, chez moi, j’aime m’habiller bien et sophistiqué. Parfois, j’avoue que ça a été un peu dur. Maintenant, si vous comptez voyager en van autour de l’Australie et bosser en ferme, je vous déconseille fortement les valises ou de prendre 4 paires de talons !! Tout dépend des goûts de chacun.

Sur ces belles paroles, j’espère que mon article aura pu vous aider à décider quoi amener avec vous en WHV ou aura au moins su vous donner quelques idées ! Et je terminerai donc cet article sur les photos du contenu de mon sac que j’avais faites il y a donc plus d’un an !

6 choses que mon working holiday visa m’a apprises

Hello tout le monde !

.

Comment allez-vous en cette pré-période de fête ?

.

Moi c’est assez spécial. Et oui, mon working holiday visa en Australie s’est terminé le 28 novembre dernier. C’est après précisément 365 jours « down under » que je suis rentrée chez moi, sur mon île pour passer Noël en famille.

.

Que dire de ce retour ?

Je n’en sais rien à vrai dire. Tout est encore trop flou. D’un côté, bien évidemment, il y a l’émotion des retrouvailles, la joie d’enfin pouvoir manger de la bonne charcuterie ou d’aller boire un bon verre de vin dans mon bar attitré. Mais de l’autre, c’est comme si une partie de moi était restée en Australie, il y a cette sensation d’être dans une cage dorée, cette absence de liberté et d’évasion que je ressentais au pays des kangourous… Au milieu de tout ce mélange d’émotions, j’ai pu faire un petit bilan de cette première longue aventure loin de chez moi. Entre bonheur, désillusion, quête de vérité et sacrée malchance, j’ai pu trouver beaucoup de réponses à mes questions. Parfois même dont je n’avais pas conscience.

Qu’est-ce que j’aimerais dire à une personne s’apprêtant à commencer son WHV en Australie ? La liste est longue. Mais je crois que dans mon voyage, 6 grandes leçons de vie se sont démarquées de tout le reste. Et c’est de ça dont je vais vous parler aujourd’hui :

.

Il y a une vie qui t’attend hors de chez toi :

Peu importe où l’on va, il y a forcément un endroit sur cette terre d’où, à la base, nous venons. Pour moi, c’est la Corse. Cette petite île constituée de montagnes, mers, rivières et d’un patrimoine culturel riche a toujours été ma maison et mes racines. Il m’a fallu des années avant de trouver le courage de la quitter. Et j’ai beau l’aimer, bon sang, c’est de loin la meilleure décision jamais prise. J’ai pu rencontrer des gens de toutes les cultures, me faire ma propre idée sur pleins de choses, parler une nouvelle langue, adopter mon propre style musical, m’habiller comme je le souhaitais : J’ai envie de sortir faire mes courses en pyjama et pieds nus ? No worries mate, ici une multitude de gens font ça. Pour samedi soir, et si j’optais pour une robe moulante courte et des talons aiguilles ? Aucun problème avec ça ( bon… ça n’a pas vraiment été mon cas ) mais si ça l’avait été, je n’aurais eu aucun mal à le faire car en Australie, personne ne juge ta tenue, aussi provocatrice puisse-t-elle être, tu n’as pas la bastiaise du coin qui te snobe de la tête aux pieds avec son sac Louis Vuitton au bras et son pauvre spitz nain qui doit se la coltiner nuit et jour, et juste pour ça les gars, bon sang, quel bonheur de se tirer un an de chez soi ! Ou encore ta nouvelle lubie c’est de te teindre les cheveux en rose et de te faire un septum ? Encore une fois, personne ne te toisera du regard avec un air méprisant. Chose qui n’est malheureusement pas vraiment possible chez moi ( et je pense que c’est le cas de toutes les petites villes ) Mon WHV m’a appris à ne plus avoir peur du regard des autres mais aussi et surtout, à accepter les autres tel qu’ils sont et à m’ouvrir à un autre univers. J’ai beau aimer mon île, je sais désormais que je n’y ferais probablement pas ma vie. Il y en a une autre vie qui m’attend hors de chez moi.

..

Je suis plus forte que ce que je pense

Ça me paraît bête maintenant quand j’y repense mais je suis loin d’être la seule dans ce cas : Je n’excelle pas dans l’art de la confiance en soi. Avant de partir, j’étais pleine de doute, de questionnement. La cause ? Mon passé, certaines expériences, plusieurs relations toxiques. Je ne dis pas que je me prenais pour une moins-que-rien, loin de là. Simplement, j’avais tendance à abandonner facilement et à ne jamais aller au bout des choses. Ou tout simplement à douter lorsqu’on me disait que je faisais une grosse connerie de partir par exemple, même si je ne le montrais jamais.

Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, ce n’est plus un secret pour vous maintenant : Mon aventure en Australie a été rythmée par des galères sans nom. Réveillon de Noël aux urgences, opération de la jambe dans un trou perdu du South Australia, gros accident de voiture, licenciements, moins de 100 dollars sur le compte en banque, vivre dans une voiture pendant plusieurs semaines sous 50 degrés…

Beaucoup d’expériences déjà difficiles à vivre chez soi, alors je vous laisse imaginer à l’étranger ! J’ai pensé plusieurs fois à rentrer chez moi. J’aurais pu le faire. À la place, j’ai juste serré les dents. Quand il a fallu se relever, je me suis relevée. Quand il a fallu aller de l’avant, je suis allée de l’avant. Quand il a fallu se soigner, je me suis soignée. Quand j’ai été licenciée, j’ai trouvé un autre boulot. Lorsque j’essuyais des refus, j’ai eu de la détermination. Et lorsqu’une situation ne me convenait pas, j’ai eu de plus en plus de facilité à tout plaquer pour la fuir.

Bien-sûr, il y a toujours pire et je n’ai jamais été la plus à plaindre mais sérieusement, quand je repense à des gens de chez moi qui me descendaient pour rien et que je me dis qu’ils n’auraient même pas été capable d’encaisser la moitié de tout ça sans rentrer pleunicher chez papa/maman, je rigole de ma bêtise : Les avoir cru et surtout, réaliser que la personne qui m’a le plus sous-estimée, c’était moi-même.

N’écoutez jamais les autres. Vous en êtes capables. Vous êtes plus fort que vous ne le pensez.

/

Les biens matériels n’ont aucune importance

Il n’existe pas de mode d’emploi pour vivre son working holiday visa en Australie : Il y a ceux qui préfèrent trouver un emploi stable et vivre dans une grande ville, ceux qui veulent voyager à travers le pays, ceux qui cherchent un mélange des deux. Pour ma part, j’ai acheté une voiture et je n’ai absolument pas voulu me poser quelque part durant ma première année de visa ( sauf si j’y étais obligée bien entendu pour mes 88 jours de ferme )

J’ai donc vécu la majorité de mon aventure en voiture. Et en voyageant de la sorte, j’ai appris deux grosses leçons de vie ( qui peuvent paraître un peu contradictoires cela dit, sorry )

Premièrement, nous n’avons absolument pas conscience de la chance que nous avons de vivre dans un pays avec des ressources stables, de l’électricité, de l’eau. On ne se rend pas assez compte que ce n’est pas tout le monde qui possède un toit. J’ai vécu plusieurs semaines voir mois sans frigo, sans douche, sans machine à laver et parfois comme dit plus haut, sous plus de 50 degrés. Je donne ces trois exemple parce que c’est ce que j’ai été le plus ravie de retrouver lorsque j’ai eu ma première accommodation en ferme.

Deuxièmement, et à contrario du paragraphe précédent, les biens matériels, même s’ils m’ont manqué par moment, n’ont aucune importance capitale et je suis contente d’avoir pu expérimenter le fait de vivre sans. Lors de mon 8ème mois en Australie, je ne l’apprends plus à personne, j’ai eu un gros accident de voiture avec mon 4×4. Sans parler du fait que j’ai perdu mon moyen de transport et ma maison dans cet accident et qu’à l’heure actuelle ça me rend toujours aussi triste, ça a été un vrai traumatisme parce que j’ai cru pendant une fraction de seconde que j’allais vraiment y passer. Ca n’avait rien à voir avec les 2/3 petits accidents que j’avais eu en Corse… Alors certes, dans cette histoire j’ai perdu beaucoup d’argent et ça restera probablement le pire souvenir que j’ai eu en Australie mais quand vous voyez votre vie défiler devant vos yeux, je vous assure, ça n’a plus aucune importance. J’ai mis un peu de temps à réaliser ce que j’avais perdu parce que la première chose que j’ai pensé, c’est ce que j’avais toujours : La santé et la vie. Vous pouvez toujours tout perdre, tant qu’il vous reste ces deux choses, you’ll be fine.

l

Chaque rencontre t’apprendra quelque chose sur toi ou sur la vie

Bien que j’ai fait de très belles rencontres en Australie, j’ai également croisé la route de gens que j’aurais préféré ne jamais connaître. Que ça aille du psychopathe, à l’hypocrite en passant par le profiteur ou le harceleur, j’ai connu plusieurs cas de figure que je ne souhaite à personne. Avec du recul, je ne dirais pas que je suis contente d’avoir croisé la route de ces gens mais contente de la leçon que ça m’a apprise. Une mauvaise relation amoureuse t’apprendra ce que tu ne veux plus jamais avoir. Une amitié toxique t’apprendra à en éviter une autre. Suivre des têtes de con en road trip t’apprendra à t’affirmer et à te donner le courage de te barrer seule. Pour chaque mauvaise rencontre, il y a une leçon de vie. Même si vous aurez malheureusement tendance à faire l’erreur plusieurs fois. C’est aussi ça l’expérience du voyageur.

.

Sur ton chemin, quelqu’un sera toujours là pour t’apporter de l’aide.

Comme disait Dumbledore à Harry : « À Poudlard, une aide sera toujours apportée à ceux qui en ont besoin »

Pour l’Australie bah, ça a été un peu pareil. Que ce soit un médecin, un Australien que je ne connaissais ni d’Adam ni d’Eve ou des copains qui se sont finalement révélés être des amis, j’ai toujours reçu de l’aide dans les coups durs.

Un médecin qui m’a glissé 50 dollars dans la poche lorsque j’étais complètement terrifiée aux urgences le soir de Noël, une bande de potes Australiens qui t’accueillent dans leur maison lorsque tu te retrouves dans la merde sur une île déserte ou des gens que tu ne connaissais même pas un mois avant qui courent te prêter main forte quand tu es dans une ambulance et qui t’offrent un toit.

Je ne sais pas si j’ai déjà assisté à d’aussi belles preuves de gentillesse en 23 ans sur mon Île. Et de voir ce genre de choses ne peut que t’aider à t’élever toi-même et à devenir meilleur(e) envers les autres.

.

Tout ce que tu emportes dans tes bagages, c’est toi-même

Une phrase qui m’a été répétée bien des fois et dont je n’ai cerné le sens qu’une fois mon année en Australie pratiquement achevée.

Ne partez pas pour les mauvaises raisons ou pour fuir. Parfois, si quelqu’un rencontre beaucoup de problèmes, c’est parce que le problème, c’est lui.

Partez avec de bonnes intentions. Partez pour réaliser votre rêve. Partez pour réaliser vos objectifs, peu importe ce qu’ils sont ( voir du pays, apprendre l’anglais, faire de l’argent, se trouver )

Tout est possible, mais tout ne dépend que de vous. Vous n’aimez pas l’attitude de quelqu’un ? Dites lui. Vous aimez quelqu’un ? Dites lui aussi.

Vous n’aimez pas votre boulot ? Barrez-vous. Le groupe avec qui vous voyagez ne vous convient pas ? Barrez-vous aussi. Vous voulez aller à un endroit ? Foncez. Vous voulez nager à poil à Cape Tribulation ?! Non, ne le faites pas ça par contre. Il y a des crocodiles vous allez crever.

Parfois, la vie est aussi simple que ça, surtout dans un pays comme l’Australie ou il est aussi simple de tout recommencer à zéro, encore et encore.

Il peut être question de chance ou du caprice complice du hasard, mais au final, lorsqu’on y réfléchit vraiment, tout repose sur vous. Vous venez seul, vous repartez seul, entre les deux, il y a un monde : À vous de choisir lequel.

.

J’aurais tellement d’autres choses à vous dire sur l’année qui vient de s’écouler. Mais si j’avais six grandes leçons de vie à vous donner, ça serait celles-ci. Parfois, c’est dans les grosses galères qu’on apprend. Ça n’a pas toujours été facile mais je suis fière de l’année qui vient de s’écouler et de toutes les jolies choses qui me sont arrivées. Ou à contrario d’avoir apprise à m’en sortir quand la vie n’était pas rose.

.

De toute façon, quand tu cherches la facilité, tu ne pars pas un an en Australie, pas vrai ?

CORSE : Les plus belles plages de Porticcio

La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

« Avril ne te découvre pas d’un fil, mai fait ce qu’il te plaît » Bien qu’on me répète sans cesse cette citation depuis mon enfance, j’ai un peu tendance à faire ce qu’il me plaît toute l’année. Et comme cette année, le mois d’avril est assez chaud pour la saison, c’est également pour moi, le temps des premières plages ! En effet, bien que j’habite à quelques kilomètres de Bastia, j’ai pris pour habitude, depuis que je suis petite, d’aller passer mes vacances de Pâques ainsi qu’une partie de mes vacances d’été à Porticcio ou ma grand-mère possède une villa. Bien qu’avec mes jobs d’été, je n’ai plus trop d’occasion d’y retourner, cette partie de la Corse reste toujours chère à mon cœur, et je ne suis visiblement pas la seule dans ce cas puisque l’été, Porticcio se transforme en véritable station balnéaire, et on peut comprendre pourquoi ! Alors si vous ne savez pas encore ou passer vos vacances d’été ou si vous êtes simplement des petits curieux, laissez moi vous présenter aujourd’hui, les plus belles et principales plages de Porticcio, basées selon mon avis personnel

La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

La plage du Ruppione

31357770_10216318300247714_5230496617148186624_n31292660_10216318300487720_3101429290697228288_n

Kayak, surf, baignade, détente, snorkelling… Les adolescents et leurs parents trouveront probablement leur bonheur à la plage du Ruppione ! Cette baie de sable, chargée en corail rose, d’environ 500 mètres de large se distingue par son cadre splendide et ses hautes vagues. Par ailleurs, on peut se restaurer sur place auprès de son auberge.

La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

La plage d’argent

31239498_10216318301527746_1657055432847392768_n31290480_10216318300567722_1295657677468205056_n31292764_10216318299287690_7120697469121331200_n

 Cette superbe étendue de sable très fin se perd dans le bleu translucide de la mer, ombragée par des pins maritimes centenaires. Un paysage de carte postal très fréquenté mais qui mérite sans aucun doute son rang parmi les plus belles plages de Corse !

 

 

 

La plage de la Viva

PAL155223-pano-900x600FCOAMVI-plage-sejour-hotel-marina-viva-corse-tui

Il s’agit de la plage au coeur de la station de Porticcio. Le sable doré de cette très large étendue est occupé par les établissements classiques d’une station balnéaire : restaurant, glacier, école de voile, loueur , club de plongée. Un endroit très vivant et très sur, où les enfants sont les rois et ou ils est possible de voir l’été, de superbes feux d’artifice.

 

 

 

 

Agosta Plage

img_2978img_2975

La plage d’Agosta de Porticcio se situe dans la partie sud du golfe d’Ajaccio. Cette grande plage de sable s’étend sur environ 2 km. Dans la partie centrale, on trouve de nombreux restaurants et hôtels. Les deux extrémités sont plus sauvages, surtout pour la partie Nord. Cette plage de sable est fort agréable même si elle n’est pas idéale pour les enfants. En effet, dans l’eau, la pente est raide et l’on a rapidement plus pied. D’autre part, par temps de vent, la baignade est dangereuse : En effet, même si cette plage est absolument parfaite pour les amateurs de grosses vagues comme moi, elle provoque de gros rouleaux et courants qui peuvent emporter au large et qui compte à son actif quelques morts, mais n’ayez crainte, la plage est surveillée et un drapeau rouge sera placée bien en vue sur la plage en cas de gros risque ! On peut également y pratiquer en été de nombreuses activités nautiques ( jet-ski, bouée, parachute ascensionnel… ) Il est très facile de s’y rendre puisqu’elle se trouve en bord de route quelques kilomètres après le centre ville de Porticcio et possède plusieurs parkins gratuits.

La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

La plage de l’Isolella

31318178_10216318301767752_869670773667659776_n31250409_10216318301287740_1830992399925510144_n

d45790fd-24fc-4fdf-99dd-f95592f8b8bf

Cette plage « ancienne » dans les habitudes des insulaires a su garder son charme familiale. Plusieurs petites criques et une poignée de paillotes permettent à chacun de choisir son ambiance. La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

Et vous ? Quelle plage préferez-vous ? Personnellement ma préférée est la plage d’argent !!

La petite plage de sable d’Isolella se cache sur la presqu’île du même nom, elle est d’ailleurs régulièrement fréquentée par les locaux. Son eau peu profonde et le calme des lieux plairont aux familles en quête de moments de détente loin du bruit et de la foule touristique de l’Ile.

11 jours de croisière autour de la Méditérranée avec Costa Croisières

 

Il y a environ 2 ans, j’ai eu l’occasion de partir avec ma mère faire une ( et d’ailleurs ma toute première ) croisière autour de la Méditerranée avec Costa Croisières. Entre coup de cœur et coup de gueule, je partage avec vous le résumé, ainsi que mon ressenti personnel, de cette nouvelle forme de voyage que j’ai eu l’occasion de vivre.

Le premier jour, nous partons très tôt de chez nous direction l’aéroport de Bastia afin de rejoindre Nice. Après quelques heures passées là-bas à attendre, un bus nous ramasse pour nous amener jusqu’au port de Savone où se situe le bateau.

 

Capture d_écran 2018-04-17 à 18.51.40FC41E95F-965E-48C1-AA14-A0D4B8A5CCA84E646C75-731C-4841-B02C-7865C4FA9DA37492306F-636F-440D-BFDD-F7A4E8D0CF30

 

Jamais je n’ai vu un aussi grand bateau. D’ailleurs je n’ai pris le bateau que deux fois dans ma vie pour des courts trajets à cause de mon mal de mer ( Je tiens à préciser, pour ceux qui se sont déjà posé la question, que heureusement non, il est très rare d’être malade sur des bateaux aussi grands et je n’ai pas été malade durant la croisière 😂 ) Le bateau que nous prenons s’appelle le Costa Pacifica. Loin d’être le plus grand de la chaîne, mais tout de même ! Il s’agit d’un bateau dédié à la musique. Il vous accueille dans des styles architecturaux, vibrants de couleurs et de thèmes musicaux divers.

Le bateau possède 17 ponts. Un immense ascenseur de verre permet d’y accéder plus rapidement en surplombant le grand salon ( un peu compliqué lorsqu’on a la peur du vide mais l’on finit par s’y faire )

Au niveau des piscines : Le bateau possède en tout 4 piscines dont 2 sous verrière. Avec bien évidemment des jacuzzis.

 

Bien que l’on puisse penser que les journées en mer soient très longues, n’ayez crainte !

 

En ce qui concerne le divertissement, le bateau n’est pas en reste ! Sont mis à votre disposition :

 

  • Une salle de sport
  • Un terrain de footing
  • Un théâtre sur 3 étages avec des représentations chaque soir
  • Un casino
  • Une discothèque
  • Une bibliothèque avec des livres dans 4-5 langues différentes
  • Plusieurs boutiques
  • Une salle de sport
  • Un point internet ( qui coûte un bras malheureusement.. )

 

Le bateau possède également un SPA absolument incroyable !! ( 99€ par personne pour un libre accès dans les différentes salles du spa ) avec un jacuzzi chauffant, une salle de repos, 2 hammams, un salon de thé, une verrière où l’on peut bronzer tranquillement à l’abri des regards.

 

4B49058F-B2A8-4A39-85BE-144127928BB7FD60FCD0-8F4C-4EC0-BBAB-CC01A541ECAB78E5463B-7506-4ABD-A622-B3897BCA6201C51AA956-2644-4002-93A0-A9D53DE143FD6E74FA50-20D8-40F9-B900-32C8AA9865018CA20A66-DF5E-4E35-9A24-F7A41151B4DAA39A24F4-1E2D-482B-8B54-95D2C93A8057FDF822A7-0654-4AC6-826E-F81EECEC1C7B

 

Au niveau des restaurants , l’embarcation dispose de 5 restaurants dont deux payants sur réservations, d’un coffee et d’un chocolate bar.

Enfin, au niveau des habitations, le bateau a 1504 cabines : 91 cabines Samsara, 521 avec balcon privé, 58 suites avec balcon privé et 12 suites Samsara.

 

24AC9EE7-D4BB-4364-A5E8-19947225B165

 

Nous avons, pour notre part, une cabine intérieure. Elle est simple, petite mais très confortable et très bien décorée. Deux petits lits douillets d’un côté et d’autre de la pièce. Une salle de bain plus grande que je ne l’aurais imaginé avec un sèche-cheveux, une douche, des toilettes, un lavabo, une sélection de savons et de serviettes, un fil pour étendre le linge mouillé.

 

En plus de tout ça, la compagnie du bateau propose chaque jour une multitude d’activités pour les passagers : Des jeux, du yoga, de la méditation, du sport, des blind-test. Autant vous dire que le temps en mer n’est pas aussi long que l’on pourrait le croire ! Outre les activités et différentes pièces du bateau, il y a bien évidemment, durant la croisière, des arrêts sur terre et différentes activités proposées par le navire. La croisière, que nous avons choisi, avait pour nom « Croisière en terre sainte », bien que l’itinéraire de départ ait été modifié, ce qui a malheureusement causé beaucoup d’esclandres sur le bateau durant le voyage.

 

L’itinéraire prévu pour cette croisière était :

 

  • Katakolon, Grèce
  • Héraklion, Crète
  • Ashdod, Israël
  • Le Caire, Égypte
  • Rome, Italie

 

Malheureusement, à cause des tensions qui sévissaient dans le pays, l’Égypte a été annulée quelques semaines avant le début de la croisière et remplacée par Athènes en Grèce et Ashdod a été annulé…… en plein milieu de la croisière la veille de notre arrivée en Israël. Ce qui a donné lieu à un scandale assez impressionnant parmi les passagers. Mais Ashdod a été remplacé par Chypre et surtout Santorini, où je souhaitais beaucoup aller, donc je n’étais pas vraiment déçue.

 

Katakolon , Olympie :

Katakolon est une minuscule station balnéaire Grecque sur la baie d’Agios à seulement 20 kms de distance de l’antique site d’Olympie, que nous allons visiter durant notre journée d’escale. Seules Delphes et Mycenes peuvent rivaliser avec Olympie, qui pendant plus d’un millénaire, a accueilli les plus importants jeux olympiques Grecs. Il s’agit en effet d’un des plus grands sites archéologiques de la Grèce qui s’étend sur les fleuves jumeaux Alphée et Kladeodet. L’immense quantité de structures en ruine peut donner une impression de confusion concernant leurs fonctions et leur ancienne magnificence. L’entrée du site, à seulement 200 m de la petite ville moderne, amène à un groupe d’édifices le long du mur de l’Altis. Vous pouvez voir les ruines du gymnase et de la palestre utilisées par les participants durant leur mois d’entraînement avant les jeux. À l’entrée du stade, sont dressées des sculptures où figurait le nom des tricheurs des anciens jeux afin de leur apporter une grande honte et de dissuader les autres de tricher à leur tour. Au centre d’Altis, il y avait un grand temple dorique de Zeus. Tout le site est entouré d’une nature luxuriante et de prés d’un magnifique vert, ce qui donne au lieu un aspect féérique.

 

2FE842E0-BCDA-4F0A-B813-F01D074DD91CC790F870-903F-484B-AF7F-1FB42CEF9C3724D34C5D-8B87-4F57-AD7F-4E0803C4FABDA3E85577-0A4F-46A3-BE37-6F3341C47437567B0EFC-532C-477A-B610-24A7FDFD87BBDCE6B69F-9444-40B7-879B-7B91BC3CD8F79AAAB48B-4204-499E-997E-F0E478737B08A83F3766-FA43-4D4B-9952-BEC6845D2773

 

 

Heraklion , Crète

Lors de notre passage en Crète, nous avons choisi de visiter le palais de Cnossos, qui est sous aucun doute le site archéologique le plus emblématique de la Crète. Réaménagé dans les années 30, le site oscille aujourd’hui entre ruines archéologiques et décor de théâtre où se côtoient murs bétonnés et fresques revisitées. Au milieu d’un paysage sec et aride, parsemé de quelques rares pins et oliviers, ces palais invitent à se perdre dans les vestiges à ciel ouvert, accompagné du son des cigales. Le palais a été mis à jour à la fin du XIXe siècle par l’archéologue Arthur Evans. Il l’attribua dans un premier temps aux rois mycéniens avant de réaliser au cours de ses fouilles qu’il venait de découvrir une autre civilisation, jusqu’alors inconnue.

 

586252F5-C0B7-4358-BB79-5194271A855554CE3D41-0644-445B-BDD1-BC3702AE5BE373B7E836-7F17-42EC-92C1-1B271D662FA6BDDD9574-2A13-4E7B-8374-F94A08783E69164C6225-BF26-4617-858A-730F6488D14AB08D8A65-D1E5-4F27-8CF6-85072FED5672

 

 

 

Limassol , Chypre :

Ça a été le plus gros flop de mon voyage… Limassol n’était pas prévue au programme, mais suite à un changement de destination, nous avons fait escale là-bas durant un après-midi… Je pense qu’il y a de très beaux endroits à voir à Chypre mais disons que pour moi, Limassol est ce qu’est Lupinu à la Corse … ça ne viendrait à l’esprit d’aucun corse de passer ses vacances d’été là-bas … bah là c’est pareil pour Chypre. Des chats malades et à moitié morts à chaque coin de rue, des rues d’ailleurs très mal famées, des trottoirs sales, des bars vides et poussiéreux, deux-trois boutiques sympas pour acheter des souvenirs mais sans plus. Mais puisque de toute façon, nous n’avions pas d’autres choix que d’y passer l’après-midi, nous sommes allées visiter l’intérieur du château médiéval de Lemesos ( 4,50 euros par personne ), se trouvant au cœur de la vieille ville, au dessus du vieux port, qui était plus ou moins intéressant avec de nombreux armures, des tableaux, des armes et de vieilles sculptures. Voilà, pas grand chose d’autre à dire… Ah si, j’ai trouvé un petit restaurant typique très sympa avec des nappes à carreaux blanches et bleues comme on en voit beaucoup en Grèce, et j’ai goûté mon premier yaourt glacé à la Grecque et il était délicieux. 

 

63DB9452-89C5-45B5-883B-97E79FA12C6DA8DE8972-F727-458B-A93C-C33D299DC22C02609C37-BDBB-45A2-A2C6-275C1E70A7598BD80E94-B3DD-499D-9797-9FE7AF22AECD97A809CA-771B-4B59-9139-718B7EBB46A3B598B81B-1DE5-4037-BC08-1DC08744BFE82C641F37-4CAA-4D52-9DE3-ACD99E1717CE57D42EB6-F4A9-403F-9C49-4EBA85B06DBC65F11810-93BB-4EE2-AA77-FC0911458EDF

 

Santorini , Grèce

 

Gros coup de cœur !!

Nous n’avons pris aucun tour accompagné particulier pour cette escale afin de pouvoir visiter Santorin à notre guise. Tout était superbe mais :

Gros flop ! Le village étant situé sur des falaises en hauteur, il y avait trois moyens de le rejoindre depuis le bas de l’île : La marche ( extrêmement longue, il faut avoir de l’endurance ) , à dos d’âne ou en utilisant le funiculaire. Ayant la peur du vide, j’ai décidé de monter sur le dos d’un âne, trouvant ça plus original par rapport au lieu. Horrible expérience. Je me suis faite une énorme crampe pour commencer, donc j’ai souffert durant toute la montée, et en voyant l’état de l’âne, j’ai terriblement culpabilisé. Il était essoufflé, il avait du mal à avancer puisqu’ils passent leur journée à faire des allers et venues. Je ne recommande cela à personne. Et encore moins à eux, les pauvres.

À côté de cette mauvaise expérience, nous nous sommes baladées dans les petites ruelles où se confondaient boutiques, galeries d’art, hôtels, restaurants typiques et des endroits où il est possible d’avoir, pour un prix très abordable, une « fish pédicure ». Il s’agit d’un  aquarium rempli de « garra rufa » qui sont des petits poissons qui vous mangent la peau morte des pieds. C’était très drôle à faire,  ça chatouillait beaucoup, c’était vraiment très amusant. La vue du restaurant du midi était incroyable, la souris d’agneau et le vin était délicieux.

 

072C30CC-E84B-43A7-AA94-935944905A3163E4E92D-1BA9-46CE-B22B-B23D10EDCE5F

 

Je recommande fortement Santorini pour deux ou trois jours mais pas plus parce qu’il est vrai que le tour est vite fait et qu’à la longue, on voit toujours les même choses… Mais en tout cas, c’est l’un des endroits les plus INSTAGRAMABLES que j’ai eu la chance de découvrir 😂😂

 

539FCAE3-F47C-488D-9198-404BE42C10BC3DEB7954-3CB5-4005-BFD2-60609D40A166A15B3EF5-2152-44BD-A154-1542F2ABBAA8365F3B3A-2B3E-4003-AA41-61C08BEFF14EA2991313-A491-45B6-B53E-4F15D7B45B362D6F4428-14FC-4422-86C3-BFF225B9700E9F2AA3D1-5FBD-40B5-B374-5B08D7EAA0DFDFF6ED67-DF4D-4417-9544-8E29862A5875A5852C77-24F2-4E39-BA0F-2DE6CB62CA48750152DC-29CA-4355-911A-F5E8BBF0B9D51EC6DA90-5AA7-45FB-A01C-4F0EAC0E963078F06BF9-F187-441B-A937-D43670B87009154D4040-232C-4EFA-BEED-E645ABFBBBDC

 

 

Athènes, Grèce

Lors de notre journée à Athènes, nous avons, bien évidemment, visité l’Acropole et le Parthénon, qui reste tout de même les lieux incontournables de la ville.

À Athènes, on peut toujours avoir un œil sur l’Acropole. Ce plateau rocheux est tellement imposant qu’il plane toujours au dessus de nos têtes. Et qu’on le regarde du nord, du sud, le matin ou la nuit, il en jette. Car il est l’illustration parfaite de l’adaptation de l’architecture d’un site naturel. En son centre se dresse le Parthénon, le monument dédié à la déesse Athéna, construit au Ve siècle avant J-C sous l’ère de Périclès. Ces dimensions hors normes rappellent la puissance de la Grèce antique. Athènes est la ville parfaite pour les amoureux de mythologie Grecque comme moi. Et pour les autres, Athènes étant la capitale, il sera très facile de trouver des boutiques pour faire du shopping, des restaurants typiques pour se casser le ventre ou bien des boîtes de nuit pour s’amuser entre amis !

FA52D844-CDB6-4111-8EC8-C5868ECCBB35318F0C96-95E4-491F-9316-33B412D18E905885A074-B494-42BC-A378-0CD23A77742309427676-3BCD-424E-AD36-0DC5B42BA9A94426F115-1117-4405-9427-C33A299E69C8FBF89D43-59BA-4AF9-9CB5-CCB4201C882D

 

 

Rome, Italie

Enfin, dernière escale de notre croisière avant le retour à Savone : Rome. Capitale de l’Italie. Capitale de l’amour. J’avais déjà eu l’occasion de découvrir Florence et j’ai été enchanté de découvrir une seconde ville italienne bien que ma visite soit tombée au moment de nombreux travaux. Prévu au programme : La piazza di Spagna, la fontaine de Trèves ( qui était malheureusement en travaux… ) et bien évidemment l’une des 7 merveilles du monde : Le colisée, immense amphithéâtre ovoïde situé dans le centre de la ville de Rome, entre l’Esquilin et le Cælius, le plus grand jamais construit dans l’empire romain. Il est l’une des plus grandes œuvres de l’architecture et de l’ingénierie romaines.

 

0D85FFCF-F993-49E7-AF4A-5C131847C2EAABDFE460-F9A6-4831-960A-27A4C25651B6C06BAC18-290C-4D54-AC5F-35E219210DA21A64E6F5-16B7-4A43-86A2-BEF71F6F8A60520C862D-729D-4D17-B0E3-CC36DFA57987E7AC8B0A-F82C-4588-8C4D-4DD3754C45B8

ont des atoûts indéniables bien que cela ne convienne peut-être pas à la façon de voyager de tout le monde ! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin……….

Mais sinon à part ça, c’est quoi mon avis sur cette croisière et sur les croisières en général ?

ont des atoûts indéniables bien que cela ne convienne peut-être pas à la façon de voyager de tout le monde ! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin……….

En règle générale, je dirais que mon avis personnel sur la croisière fut plutôt bon malgré quelques désagréments.

très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin……….

Points forts

Points faibles

Bien évidement, la nourriture !!! Mon dieu je n’ai plus les mots, ça me manque tellement ! Je crois que je ne me suis jamais autant régalée à table que durant cette croisière ! De véritables menus gastronomiques composés de 5 à 6 plats, bien évidemment compris dans le prix de la croisière.

Comme son doux nom « Costa » l’indique, c’est cher. Très cher. Bien que les repas soient inclus dans le prix du billet, les boissons, elles, ne le sont pas. Il vous faudra par exemple, compter une bonne centaine d’euros pour un forfait de 4 bouteilles de vin et de 6 bouteilles d’eau. Ce qui est assez excessif.

La visite des îles Grecques qui était très attendue par la grande amoureuse de littérature ancienne Grecque que je suis, étant totalement fan de la mythologie antique. C’était magnifique.

Le changement de direction à la dernière minute qui était, je trouve, assez malhonnête vis-à-vis des passagers dont certains qui avaient fait la croisière pour l’Israël en particulier. ( Le nom de la croisière étant « Voyage en terre sainte » Ashdod était bien évidemment le centre des escales. En sachant que le billet coûtait 700 euros pour 11 jours, cela a été très mal vu par les passagers et a provoqué des scandales.

Énorme coup de cœur pour le SPA du bateau où je passais toutes mes fins d’après-midi ( il est assez coûteux mais cela en valait vraiment la peine )

Comme je l’ai expliqué plus haut : Limassol fut une vraie déception.

Moins de gens car nous sommes parties durant une période « hors vacances » donc plus de facilités à aller à la piscine, à bronzer sur un transat ou à trouver des tables où manger, et surtout pas d’enfants qui hurlent.

Très peu de gens de mon âge. Ce qui est dommage parce que de mon humble avis, les croisières ne sont pas faites « pour les vieux » non, non

Les Philippins qui étaient adorables et extrêmement serviables

Le chocolate bar qui était une arnaque monumentale

Je n’ai pas eu le mal de mer, ce qui relève d’un exploit

1h d’internet = 10 euros. Ce qui était un peu exagéré…

Grand nombre d’activités proposées, je ne me suis jamais ennuyé durant les jours passés en mer

Bien que ce fut très reposant, le temps des escales était trop court

La croisière est un moyen idéal d’allier confort, détente et découverte en peu de temps qui plus est !

 

 

 

En conclusion de tout ça, je pense donc que les croisières ont des atoûts indéniables, bien que cela ne convienne peut-être pas à la façon de voyager de tout le monde ! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin.

ont des atoûts indéniables bien que cela ne convienne peut-être pas à la façon de voyager de tout le monde ! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin……….

4E646C75-731C-4841-B02C-7865C4FA9DA3A057533E-BA02-4872-9985-7AF256502281A813A063-D1C1-436C-B32C-95C49CD7F641252BBA95-9304-48DF-9381-EE0DA6D6190000D57467-A89F-4A14-B041-1517245B085B0107A114-7E74-4168-957F-73DA2F971919F6274DD6-DED3-48BB-9E08-1F2EE4F0BA4131364681-5DB3-42DF-91BD-2FBCB487AB72FADA230A-DBE7-443A-8D50-2004DA8C93BAF78F8995-41FE-4C0B-812A-5D577D53D18DA98C90C0-31C1-4303-8BEB-9A7E816F44AF85188001-4257-4AA1-B32D-C713F7C6EF203A58A9FD-7485-44FF-A680-42F5C8C3EF9D1E107178-BEF6-46A8-A206-95D9DBB6368C

ont des atoûts indéniables bien que cela ne convienne peut-être pas à la façon de voyager de tout le monde ! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin……….

À bientôt pour un prochain article !

ont des atoûts indéniables bien que cela ne convienne peut-être pas à la façon de voyager de tout le monde ! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne expérience à vivre dont je vous laisse encore quelques photos comme mot de fin……….