Working Holiday Visa en Australie : Comment s’y préparer ?

Hello tout le monde ! Un sacré bout de temps que ce blog est à l’abandon.. Il était temps que je remédie à ça j’pense. Après, c’est pas pour me trouver des excuses mais là j’en avais une bonne. Ça fait maintenant 9 mois que je vis de l’autre côté de la Terre, « Down Under » comme dirait certains. Si vous suivez mes aventures sur Instagram, vous devez probablement le savoir. Mais pour les petits nouveaux qui ne me connaissent pas, je vais vous faire un petit résumé :

Il y a 15 mois, je suis partie rejoindre ma cousine en Australie. Elle y était en work holiday visa depuis plusieurs mois et je venais lui rendre visite pour un peu plus de 3 semaines avec un visa touriste. On a fait plusieurs parties de l’Australie, dont je parlerai plus longuement dans d’autres articles, maintenant que j’ai repris le blog en main. À l’époque, l’Australie était un rêve d’enfant pour moi, la première fois où j’ai posé pied à Melbourne, j’ai pleuré. Mais je ne m’imaginais pas une seule seconde faire de même, j’avais jamais voyagé seule et je m’en sentais incapable. Puis au fil du voyage, j’ai eu l’occasion de rencontrer ce qu’on appelle ici des « backpackers » ces gens en sac-à-dos qui parcourent l’Australie de la manière la plus minimaliste possible. C’était bizarre car je n’avais jamais l’occasion de rencontrer ce genre de personnes chez moi. Au fur et à mesure des histoires de vie palpitantes, des récits d’aventures, des conseils et autres conversations passionnantes que j’ai pu avoir avec plusieurs de ces gens, j’ai eu un incroyable respect pour leur courage et je les enviais terriblement de vivre dans ce paradis. Je les jalousais un peu.

Je ne savais pas encore que cette personne que j’enviais tant, c’était tout simplement moi, 5 mois plus tard.

Je suis rentrée chez moi. Et dès le second jour de mon retour, j’ai dis à ma mère et à mes amis proches :

« Je repars en Novembre, faire un work holiday visa »

Personne n’a été vraiment surpris. Je crois que ça a toujours fait parti de moi. Il m’a juste fallu du temps pour avoir le courage de partir.

Bref, tout ça, c’est encore une autre histoire.

 

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de moi, mais de vous. Toi aussi t’envies ces gens qui plaquent tout pour partir à l’autre bout de la Terre ? Toi aussi tu aimerais avoir la chance de venir vivre en Australie mais tu n’as aucune idée de par ou commencer ?

Je suis là aujourd’hui pour écrire cet article qui, je l’espère, t’aidera du mieux possible. À savoir que chacun est libre de préparer son départ comme il l’entend et que tout ce qui est écrit dans cet article, n’est que ce que j’ai fait précisément. Libre à vous de faire comme bon vous semble.

 

Déjà, on va commencer par le commencement →

 

Qui peut partir en WHV en Australie ?

Car ouais, tu peux pas partir comme ça, les mains derrière la nuque, posé. Il y a quand même plusieurs critères pour être un bon candidat au WHV :

  • Avoir entre 18 et 31 ans ( apparemment c’est passé à 35 ans depuis juillet 2019 )
  • Avoir un passeport valide
  • Casier judiciaire vierge
  • Être hors de l’Australie lors de ta demande de visa
  • Avoir au moins 5000 dollars sur son compte en banque ( 3100 euros environ )
  • Être originaire d’un des pays partenaire .                                   

Il existe trois types de visa :

Visa touriste ( E-visitor ou visa 651 ) → Il est valable un an, te permet de rester 3 mois maximum en Australie et est gratuit. Je l’avais eu en quelques minutes. Comment son nom l’indique, ce n’est qu’un visa touriste, tu ne peux pas travailler sur le territoire Australien avec.

Visa étudiant ( Student Visa ) → Te permet de suivre des cours en Australie et également de travailler maximum 20h par semaine. Prix d’environ 400 euros.

Visa vacances-travail ( Work Holiday Visa ) → Donc celui qui normalement devrait t’interesser vu que cet article est quand même sur lui. C’est un visa qui te permet donc de voyager et de travailler un an en Australie. Il m’a coûté environ 280 euros et je l’ai reçu en 19 jours mais beaucoup de gens le reçoivent immédiatement.

Site pour faire sa demande de visa

Une fois la demande de visa faite, il vous suffit d’attendre de recevoir le petit « granted » qui marquera le début de votre aventure australienne. A partir du moment ou la confirmation de l’immigration arrive jusqu’à vous, vous avez 1 an pour commencer votre whv, sinon ce dernier sera perdu. Une fois que vous avez posé le pied en Australie, votre whv dure exactement un an ( voir deux sous certaines conditions, peut même durer trois ans depuis juillet 2019 )

Bref, maintenant que j’ai un peu éclairci les bases du truc, je vais vous parler des différents étapes par lesquelles je suis passée pour le mien :

 

Etape 1 : Avoir un passeport

Bah ouais, logique. Puisque son numéro vous est demandé lors de la demande de visa, la première étape est, bien évidemment, de faire un passeport. Cela se fait dans une mairie près de chez vous et coûte 88 euros. Si vous en avez déjà un, vérifiez qu’il soit valide jusqu’à 6 mois après votre retour en France.

 

Etape 2 : Mettre de l’argent de côté

Je sais que cette étape doit énormément en surprendre, mais pour partir un an à l’étranger bah… faut de l’argent. Bah ouais Momo, logique. Bon, du coup je vais vous donner plusieurs tips sur comment mettre des sous de côté ( en sachant que je n’ai eu que 5 mois pour le faire )

  • Résilier le bail de son appartemment et retourner un temps chez ses parents ( pas le cas pour moi puisque je vivais toujours chez ma mère, appelez moi Tanguy )
  • Vendre sa voiture ( et également éviter de mettre la sienne à l’épave un jour après avoir annoncé à vos proches que vous vouliez partir en WHV dans quelques mois )
  • Vendre des vêtements ( Pour cela, plusieurs sites peuvent vous aider : Vinted, vide grenier, market facebook, leboncoin ) Je m’étais faite pas mal d’argent avec cette méthode, et en plus de ça, ça m’a permis de faire de la place dans mes placards.
  • Trouver un job ( Avant de partir, il faut savoir que je bossais pour environ 1000 euros par mois et que je mettais de côté 600 euros de côté chaque mois )
  • Vendre des choses ( Autre que des vêtements. Cela peut être des livres, des films, des cd’s, des bijoux, de l’or, des antiquités, des chaussures, des appareils électroniques )

Il faut aussi apprendre à être bien organisée. Pour ma part, j’avais plusieurs petits bocaux dans lesquels je mettais régulièrement de l’argent. Par exemple, un petit bocal avec de quoi faire mon trajet en avion de Bastia à Paris ( je vis en Corse à la base ), un autre avec les sous qu’il me fallait pour payer mon visa, un autre pour mon backpack… etc

 

Etape 3 : La demande de visa

Une fois ces deux premières étapes accomplies, vient celle qui changera votre vie. La demande de visa. ( Bon j’abuse un peu ça change pas votre vie mais c’est le premier instant où vous réalisez vraiment que c’est en train d’arriver ) Elle prend environ une vingtaine de minute et est relativement facile à remplir à condition de ne pas être à un stade avancé de la tuberculose ou de ne pas avoir fait un trafique d’êtres humains dans son garage. Il est important de faire la demande avant de prendre son billet d’avion car parfois l’acceptation de visa peut prendre un certain temps même si dans la plupart des cas, elle est acceptée dans les 24h qui suivent. Comme dit plus haut, ça m’a pris presque trois semaines. Et oui, ça fait chier.

 

Etape 4 : Demande de permis international

Il est important de faire une demande de permis international car ce dernier est indispensable pour conduire en Australie. Si vous avez oublié cette étape, pas de panique. Il vous sera très facile de faire traduire votre permis directement en Australie pour une somme modique. Pensez à vous y prendre plusieurs mois avant votre départ car ça prend un peu de temps à recevoir.

 

Etape 5 : Choix de la ville d’arrivée

Une étape très importante et qui n’est pas à prendre à la légère. La majorité des backpackers choisissent d’arriver sur Melbourne ou Sydney car ce sont les deux villes les plus connues d’Australie. Pour ma part, j’ai choisi Perth pour plusieurs raisons :

  • Moins de backpackers, donc plus de chances de trouver du travail
  • Je rêvais de voir la côte Ouest
  • Ville à taille humaine

Tout dépend des goûts de chacun en fait. J’ai carrément connu une personne qui avait démarré son work holiday visa à Alice Spring. Listen to your heart

 

Etape 6 : Prendre son billet

Le moment où tu percutes réellement que ça y est, c’est en train d’arriver. Tu pars vraiment. Mais avant cela, la question la plus importante à se poser est : Aller simple ou aller-retour ?

Pour ma part, j’ai choisi un aller simple et je vous conseille 1000 fois d’en faire de même. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Et si vous deviez rentrer en avance ? Et si vous souhaitiez au contraire rester plus longtemps ? Sachez qu’ici, on ne sait jamais de quoi demain sera fait et SURTOUT que rien ne se passe jamais comme prévu.

Bref, ensuite, parlons du prix. Je vous déconseille de passer par des agences de voyage ou en ligne, même si beaucoup le font. Je trouve ça un peu con. Je suis passée, pour ma part, par Skyscanner et j’ai choppé la meilleure offre.

Ma petite astuce : J’ai payé mon aller-simple 460 euros. 400 pour faire Paris-Bali avec deux escales avec China Airlines. Puis environ 60 euros pour faire Bali-Perth avec Jetstar. Et au final, c’était une super idée parce que j’ai décidé par la suite d’en profiter pour rester 16 jours à Bali. D’ailleurs je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à lire mon article sur comment j’ai payé un aller-retour France / Australie pour 570 euros.

 

Etape 7 : Prendre une assurance santé

Ne vous vexez pas, mais faut vraiment être le dernier des abrutis pour ne pas le faire. Je suis partie avec Go byAva et je peux vous dire que si je ne l’avais pas fait, je serais probablement rentrée chez moi bien plus tôt que prévu étant donné le prix que coûte les professionnels de la santé ici. Comptez environ 380 euros pour 1 an. Oui, ça fait cher. Mais croyez-moi, votre santé et la prévention, ça n’a pas de prix. Surtout en Australie.

 

Etape 8 : Acheter son sac

Tout dépend encore une fois de vos préférences : Plutôt sac à dos ou valise ? Chacun ayant leurs avantages et leurs inconvénients.

 

Etape 9 : Faire un check up de santé complet

Il est possible de faire un bilan de santé complet gratuit tous les 5 ans avec la CPAM. Pour moi, cela a compris :

  • Test auditif
  • Test oculaire
  • Dépistage
  • Gynécologue
  • Dentiste
  • Prise de sang
  • Entretien avec un médecin

Enfin, ne pas oublier de se faire prescrire des médicaments chez son médecin généraliste : Pilules contraceptives pour un an si vous la prenez, anti-vomitif, anti-diarrhéique et pour le reste, cela dépend de vos soucis de santé. Par exemple, pour ma part, je faisais beaucoup d’infections urinaires en Corse dès que je ne buvais pas assez d’eau donc j’ai pris des médicaments pour les soigner en cas de besoin.

 

Etape 10 : Démarches administratives

Oui, tu connais cette étape bien chiante mais pas des moindres. En gros, si t’es pas une bonne Tanguy comme moi et que ça fait belle lurette que tu vis plus chez papa, maman, bah tu dois résilier le bail de ton appart. Puis prévenir les organismes qui vous fournissent des aides que vous vous barrez. Comme la CAF et Pôle emploi. Ou bien ne les prévenez pas et percevez de l’argent en toute illégalité mais vous vous exposez quand même à un assez gros risque, après avoir vu quelques posts de gens sur les groupes Facebook qui s’étaient fait chopper par Tonton Pôle, ça m’a coupé l’envie d’essayer. Puis prévenir ton banquier que tu te barres, histoire qu’il ne te bloque pas tes comptes lorsqu’il verra des paiements à 16 000 kilomètres de distance de chez toi, ça fait un peu suspect. Enfin, c’est toujours bien de s’occuper de faire une procuration auprès de ta banque en cas de pépin, style ta mère ou quelqu’un de confiance.

 

Etape 11 : Faire un cv

Bon, en vrai celle-là, je l’écris mais je l’ai jamais faite avant le départ car trop de flemme.

Si vous êtes comme moi, vous pouvez toujours choisir de passer par le biais de quelqu’un mais t’es quand même sacrément plus content quand tu le fais toi-même. Je ferais un article pour expliquer comment j’ai fait le mien. Mais si t’es pressé, tu trouveras sûrement un milliard d’articles sur le sujet.

 

Etape 12 : Photocopie de tous vos documents

Just « in case » , faire trois-quatre photocopies de son passeport, permis international et acceptation de visa. Perso ça ne m’a jamais servi mais dans le doute, c’est toujours bien de les avoir.

 

Etape 13 : Faire son sac

Une étape qui a été, pour ma part, à la fois tèrs excitante mais aussi profondément chiante. Un futur article sur le contenu de mon backpack avant le départ sera fait dans les prochains jours donc je vais écourter ce sujet pour le moment, mais disons que faire tenir 1 an de vie dans un sac à dos de 60L n’a pas été chose facile. Il m’a fallu une longue soirée au bar pour réussir à oublier ce calvaire.

 

Etape 14 : Au revoir

Ca tombe bien que je parle du bar ci-dessus parce que justement j’y viens. L’une des étapes les plus dures de ces préparatifs et aussi très souvent la dernière : Dire au revoir. A sa famille, son/ sa petit(e) ami(e), à ses amis, à ses animaux, à la bonne bouffe.

Quelques temps avant le départ, je pleurais beaucoup en imaginant les « au revoir » . Je n’ai pas pleuré lorsque ce moment est arrivé. Mais je n’avais pas vraiment percuté à quel point tout cela allait me manquer. Si vous n’êtes pas encore parti mais que vous êtes plus ou moins sur le départ, sachez le : Il faut profiter le plus possible. Faites beaucoup de sorties, demander à votre maman de vous préparer tous vos plats préférés, sortez vous saouler au bar avec vos meilleures copines ou faites l’amour avec votre tendre moitié jusqu’à perdre votre souffle parce que toutes ces petites choses, même les plus insignifiantes vont terriblement vous manquer une fois que vous serez partis. Et même si l’Australie a été quelque chose qui a bouleversé le cours de ma vie, je n’ai jamais oublié d’ou je venais et combien il me tardait de retrouver tout ça.

Bon bah, voilà je crois qu’on a fait le tour. A savoir encore une fois que ces étapes ne sont pas les étapes obligatoires à faire avant de partir en WHV en Australie. Je vous décris simplement ce que MOI et MOI SEULE aie fait avant le grand départ dans les moindres détails ( plus ou moins ) en sachant que j’ai bouclé tout cela en 5 mois. Tout dépend des gens, certains économisent pendant plusieurs années, d’autres décident de partir du jour au lendemain sur un coup de tête. Je pense qu’aucune réponse n’est la bonne et que tant que vous suivez votre instinct et que vous vous faites confiance, tout ira bien pour vous.

 

It’s gonna be ok ♥

Hey, cet article t’a plu ? N’hésites pas à lâcher un petit like ou à m’écrire!!!

20 faits à savoir sur moi ❁

 

 

 

Coucou tout le monde ! Je reviens aujourd’hui avec un article qui n’a pas de rapport avec le voyage mais plutôt qui a pour but de mieux me présenter à vous en vous donnant 20 faits sur moi et sur ma vie afin de mieux me connaître et qui pourrait vous faire rire.

 

1.

Je m’appelle Lara-Marie , mais je n’aime pas mon prénom donc je ne le répéterai jamais assez : C’EST LARA TOUT COURT !!!

 

2.

Je suis à fond dans l’astrologie : Je suis verseau et tout ce qui se dit sur mon signe est totalement vrai. Je suis convaincue que je n’aurais pas la même personnalité et que je ne serais pas la personne que je suis actuellement si j’étais née un autre mois.

 

3.

Je trouve que Game of Thrones, c’est nul. J’ai vraiment essayé, j’ai regardé les 7 premières saisons entièrement, mais rien n’y fait. J’ai commencé la saison 8 avec un bol de crunch et de lait qui a malencontreusement terminé sur le clavier de mon ordi, je suis sûre que c’est un signe : Je n’ai plus cherché à regarder GOT depuis cet incident.

 

4.

Comme je l’ai démontré dans le fait au dessus : Je suis TRÈS maladroite. Je casse approximativement 4 à 5 choses par mois, sans compter tout ce que je renverse : J’ai renversé un bol de lait sur mon ordi, j’ai fait tomber mon téléphone dans un port, j’ai renversé un verre d’eau sur une multiprise, ce qui a eu pour effet de faire sauter tout le courant de ma maison. Une fois sur deux en soirée, je tombe par terre devant tout le monde… Parfois je suis au bout de moi-même..

 

 

5.

J’ai une phobie démesurée des mantes religieuses. Rien qu’en écrivant ce passage, j’ai des fourmis dans les pieds et des frissons dans la nuque. Je suis INCAPABLE de regarder une photo, j’arrive à peine à prononcer ce mot. J’ai réussi à prendre un tout petit bébé à la main et à prendre une photo d’une petite pendant un voyage en Grèce et ça fait partie d’un des plus grands exploits de ma vie à mes yeux.

 

 

6.

Pour continuer sur la lancée des « phobies » même si ce ne sont pas vraiment des phobies mais plutôt des peurs : Après une très mauvaise expérience avec un clown lorsque j’étais petite, je suis très mal à l’aise désormais quand j’en vois un. J’ai aussi très peur des grosses vagues comme dans « 2012 » … j’habite au bord de la mer donc j’ai toujours la crainte que cela arrive. Pour finir, ce n’est pas vraiment une peur mais… je suis dégoûtée par les larmes ( des autres ) Si ma peau entre en contact avec des larmes, je suis profondément mal à l’aise et je vais m’essuyer tout de suite. Heureusement ce n’est pas le cas des miennes parce que…

 

 

7.

Parce que je pleure en moyenne pratiquement tous les jours pour, à-peu-près, tout et n’importe quoi. Quand je dis « pleurer », je ne parle pas de gros sanglots mais de larmes qui montent et de deux ou trois qui s’échappent : Je suis quelqu’un de très littéraire donc j’ai un coté très ( TROP ) sensible : Un passage dans un livre, dans un film, dans une série, une jolie citation, une belle chanson me fera probablement monter les larmes. Si j’en reparle à quelqu’un, je suis obligée de faire des pauses dans mes phrases parce que les larmes vont remonter à nouveau. C’est extrêmement malaisant par moment.

 

 

8.

J’aime beaucoup lire. J’ai commencé très jeune et sans m’en rendre vraiment compte, cela m’a vraiment permis de ne plus faire ( ou très peu ) de fautes d’orthographe. Je lis beaucoup de romans mais aussi de livres sur le thème du voyage, je ferai d’ailleurs un article sur ma sélection de livres et films en rapport avec le sujet. D’ailleurs, comme je l’ai dit dans mon article « My Bucket-List : 69 choses à faire avant de mourir vieille fille et mangée par ses chats » , mon plus grand rêve serait de publier mon propre livre.

 

 

9.

En plus d’aimer lire, j’aime encore plus écrire. Lorsque j’étais en 5ème, j’ai rendu à une de mes profs ,une nouvelle de près de 50 pages que j’avais adoré écrire même si en la relisant maintenant, c’est vrai qu’elle n’avait pas vraiment de sens. L’année suivante, j’ai rendu une histoire, qui faisait presque autant de pages, basée sur un voyage avec toute ma classe de l’époque en Italie et qui tournait au massacre avec « The Grudge » et un manoir dans le désert. C’était super à écrire et en plus, ça me permettait de tuer de manière bien sordide certaines filles de ma classe que je ne supportais pas ( ☺ ) En relisant l’histoire, je ne sais pas si il aurait mieux valu me trouver un psy ou me mettre une très bonne note, heureusement c’est la deuxième option qui a été choisie. A côté de ça, j’ai écrit beaucoup d’autres histoires que je garde pour moi. J’ai beaucoup d’autres anecdotes sur le sujet mais en bref, c’est ma passion.

 

 

10.

Je pense être loin, TRÈS loin d’être la seule à avoir fait ça. Lorsque j’étais plus jeune ( et même encore maintenant, de temps à autre ) j’adorais mais alors J’ADORAIS jouer aux sims. J’avais plusieurs disques additionnels : Les sims 3 saisons, les sims 3 Destination aventure, les sims 3 University, les sims 3 Générations… Je pouvais passer des journées dessus. Et oui, j’ai déjà crée mes ex. Et oui, je les ai séquestré jusqu’à ce que mort s’en suive.

 

 

11.

Je suis passionnée par les films d’horreur. Je pense avoir pratiquement tout vu : Du premier Halloween jusqu’aux dernières nouveautés au cinéma, dernièrement « Insidious 4 », en passant par les films interdits en France parce qu’ils étaient trop immoraux ou tout simplement par les séries comme « The Walking Dead », « American Horror Story » et quelques jolies trouvailles sur Netflix. Que ce soit une catégorie « gore, survival, psychologique » même si mon truc, c’est vraiment le genre « survival ». En passant, un seul et unique film dans le tas a réussi à me faire vraiment peur et même à me traumatiser et c’est The Grudge. Qui de ce fait, est bien évidemment également mon film préféré.

 

 

12.

J’habite en Corse, plus précisément à Moriani, qui est une petite ville à une quarantaine de kilomètres de Bastia, en plaine orientale, dans une zone très rurale entourée de champs, de montagnes et bien-sûr au bord de la mer. J’ai toujours été très nature et j’adore aller marcher ou faire un jogging dans les environs pour me ressourcer.

 

 

13.

J’ai une très très bonne mémoire. C’est toujours moi qu’on appelle à la rescousse pour retenir un numéro ou quelque chose à faire. Cela m’a beaucoup aidé dans mes études car je révisais toujours au dernier moment et que ça m’a parfois sauvé la mise.

 

 

14.

Je dors encore avec un doudou : Une grosse peluche rose « Angry Bird » que j’ai bataillé comme une dingue pour gagner au Géant et qui est troooop belle.

 

 

15.

Je DÉTESTE les champignons et les olives vertes.

 

 

16.

Je me suis déjà retrouvée nue au milieu d’une plage gay au Brésil. J’étais allée me baigner dans les vagues et mon haut et bas de maillot ont disparu en même temps parce qu’elles étaient très fortes ce jour-là. J’essayais de me cacher dans l’eau mais les vagues me renvoyaient cul nu sur le sable. Tout le monde se moquait de moi, c’était très gênant.

 

 

17.

Lorsque j’étais plus jeune, à l’époque où les autres petites voulaient être maîtresse, moi, je voulais être « herpétologue » Il s’agit d’une branche d’histoire naturelle qui étudie les reptiles, plus précisément, je voulais faire ça pour étudier les serpents parce que j’adore ça.

 

 

18.

Je suis une personne qui adore faire des listes. L’application « Notes » de mon portable est toujours pleine à craquer de « To Do List », de programmes pour mes prochains voyages, d’idées d’articles pour le blog, de listes de course… Bon par contre, étant une grosse flemmarde, je mets souvent des semaines voir des mois à effectuer certaines tâches.

 

 

19.

Quand j’étais petite, j’ai cru avoir gagné au LOTO. Ma grand-mère avait un ticket de numéro qu’elle avait joué, à la main, et c’est précisément les même qui sont sortis ce soir-là à la télé. Ma cousine et moi avons appelé le reste de notre famille immédiatement, on ne s’arrêtait plus de pleurer. Il s’est avéré que le ticket que tenait ma grand-mère…. était un vieux ticket qu’elle avait joué il y a un bon moment et que celui de ce soir-là n’avait pas du tout les même numéros. Je n’ai donc pas gagné le jackpot mais au moins, je sais exactement quel effet ça fait.

 

 

20.

Mon père était daltonien et malheureusement il m’a légèrement transmis ce trouble. Je confonds beaucoup de couleurs. Il m’est, par exemple, déjà arrivé d’acheter une horloge que je voyais jaune, alors que tout le monde la voyait verte. À part ce genre de petits détails, ce n’est pas spécialement handicapant.

 

 

Alors, vous avez des faits communs avec moi ?

Pourquoi je ne monterai jamais sur le dos d’un éléphant ( et pourquoi vous devriez absolument faire pareil )

 

 

Il y a quelques mois de cela, j’ai eu la chance de m’envoler pour l’Asie, plus précisément la région de Phuket en Thaïlande. À travers toutes les activités proposées comme le snorkeling, les visites en mer, la farniente, la randonnée, la découverte de la culture asiatique et autre, l’une des activités les plus prisées de ce continent est, bien entendu, les tours à dos d’éléphant.

 

balade-a-dos-delephant.jpg

Alors bien-sûr, je sais, ça semble plutôt cool comme ça, l’idée de visiter la jungle sur le dos d’un de ces gigantesques pachydermes et de se prendre en selfie, histoire d’actualiser un peu ses photos Instagram ou de changer sa photo de profil pour rendre jaloux les autres. Et lorsque je vous vois faire ça depuis mes réseaux sociaux, sincèrement je ne vous en veux pas parce que moi aussi un jour, j’ai pensé à cela de manière tout à fait innocente. Mais maintenant je sais. Et vous devriez savoir aussi.

On pourrait très bien se dire « Un éléphant est bien plus fort qu’un chameau, un dromadaire ou un cheval, et pourtant tout le monde le fait, alors c’est quoi le problème ? » J’avoue moi-même m’être posé la question autrefois. 

Seulement, j’ai fini par me rendre compte que tout cela n’avait rien à voir avec une question de poids. Le vrai problème c’est que contrairement à eux, l’éléphant est un animal sauvage. Un animal sauvage qui peut s’avérer extrêmement dangereux ! L’éléphant se place en effet devant le requin, le loup et même le lion avec un quota de 100 à 600 morts par an. De par sa force et sa taille, il faut donc bien se douter que les méthodes de dressage employées sur les éléphants sont bien différentes de celles employées sur des animaux domestiques. 

Pour faciliter le processus de dressage, les éléphants sont souvent pris en charge par des dresseurs dès qu’ils sont petits ( 1-2 ans ). Étant donné la forte demande d’éléphanteaux qui s’accroît d’années en années et bien que cela soit illégal, beaucoup sont capturés en milieu sauvage et comme l’éléphant est un animal très protecteur envers ses bébés, l’adulte qui tente de s’y opposer est très souvent, lors de ces captures, lâchement abattu.

 

1004684_635429449808788_233959789_n

 

Ce qui suit la capture de l’éléphanteau ne s’apparente pas à un simple dressage animal mais à une véritable torture physique et psychologique en subissant le rituel du « Phajaan »

Le Phajaan est un très vieux rituel selon lequel, l’esprit et le corps de l’éléphant peuvent être séparés. C’est un processus de plusieurs étapes qui vise à casser l’esprit de l’éléphant et à se soumettre totalement à l’homme. L’éléphant est d’abord mis en cage, privé de nourrir, tenu par des liens pour qu’il ne puisse pas dormir et battu sur des endroits sensibles avec une sorte de crochet dont je publie une photo ci-dessous.

 

elephant-training-programs-cover.png

 

Il y a ici idée de conditionnement absolu. C’est un peu le même principe que Watson et l’expérience du Petit Albert que j’avais étudié en licence de com : Le psychologue avait d’abord présenté une petite souris blanche à l’enfant. Jusqu’à ce moment, le garçon se réjouissait de la présence de l’animal. D’un autre côté, lorsque Watson frappait deux bâtons de métal ensemble afin de créer un son fort, celui-ci paniquait et se mettait à pleurer. Ainsi, lorsque le jeune garçon s’approchait pour jouer avec la souris blanche, Watson frappait les deux bâtons et l’enfant se mettait à pleurer. En agissant de la sorte de façon fréquente et répétitive, Watson créait chez l’enfant une peur envers la souris blanche. Après un certain temps, l’enfant craignait la souris blanche et pleurait lorsqu’elle s’approchait de lui. Pour l’éléphant, c’est un peu pareil, mais en pire.

 

Bien entendu, il ne s’agit pour l’éléphant en aucun cas d’une expérience mais bien d’un acte de torture et de soumission volontaire et brutale. Le but est de relier dans l’esprit de l’animal, le fruit de sa désobéissance à cet objet ainsi qu’à la souffrance qui l’accompagne. Il saura donc que s’il ne se soumet pas totalement, il sera puni et violemment battu.

 

04141466613599.jpg

 

Lorsque les dresseurs estiment que l’âme de l’animal a quitté son corps, ils lui laissent un peu de répit après une longue semaine sans manger, sans boire et sans dormir.

 

 Environ 50% des éléphants ne survivent pas à ce traitement †

 

(3).jpg

 

On pourrait croire alors que le calvaire de l’éléphant s’arrête ici mais ce n’est pas le cas. Souvent, comme une piqûre de rappel, le dresseur se servira discrètement de l’outil de torture sur un endroit sensible tel une plaie ouverte, pour rappeler à l’animal que le cauchemar peut reprendre s’il n’obéit pas.

Lorsque je vois des photos de gens sur les réseaux sociaux ou même en vrai à dos d’éléphant, je ne leur en veux pas, ils ignorent tout. Personne ne peut se douter de tels actes de barbarie envers un animal pourtant si respecté en Asie dans les temples et les croyances religieuses. Mais il est important que le message soit véhiculé au plus de gens possibles afin de stopper tout ça. Depuis quelques années déjà, plusieurs personnes se battent pour lutter contre ces traitements inhumains.

C’est le cas de Lek Chailert, la femme qui murmurait à l’oreille des éléphants.

 

Lek-Chailert-photo.jpg

Fondatrice du parc naturel des éléphants « Elephant nature park » qui est un centre de refuge et de sauvetage pour éléphants fondé en 1996 et situé dans le district de Mae Taeng, en Thaïlande.

Ce refuge a pour but de venir en aide à tous les éléphants en difficulté. En effet, grâce aux visiteurs et aux dons privés, la fondation peut s’occuper de 67 éléphants aujourd’hui et possède par ailleurs, un site internet

« Ils ont tous subi de mauvais traitements » explique Lek, la fondatrice du refuge, « Et quand ils arrivent, ils pensent que tous les hommes sont mauvais mais maintenant, ils nous acceptent, car nous ne les battons pas, nous ne faisons que leur donner de la nourriture »

Elle a, au fil du temps, noué avec ses éléphants, une relation extraordinaire. Au milieu du troupeau, elle est comme un membre de la tribu parmi les hommes. Elle veut convaincre les parcs d’abandonner les tours à dos d’éléphant. Et certains ont décidé de se mettre dans ses pas.

 

 

Et vous, quand sera votre tour ?

 

 

 

img-20222351456

 

 

 

 

 

MY BUCKET LIST : 69 CHOSES À FAIRE AVANT DE FINIR VIEILLE FILLE ET MANGÉE PAR SES CHATS

Après avoir passé grand nombre de lunes à réfléchir au premier article de mon blog, et n’ayant pas vraiment d’inspiration, je me suis dis « Pourquoi ne pas commencer par une petite réflexion personnelle ? A quoi penses-tu en ce moment ? » Et il s’avère qu’en ce moment et depuis un moment déjà d’ailleurs, ayant enchaîné les déceptions amoureuses, j’ai finalement accepté, à l’ombre d’un comptoir de bar avec un bon verre de rouge en mai, l’idée que j’allais probablement finir vieille fille et dévorée par mes milliers de futurs chats. Donc aujourd’hui et pour commencer les débuts de ce blog sur une note d’humour, j’ai décidé de vous présenter : 

 

 

Les 69 choses à faire avant de mourir vieille fille et mangée par ses chats !

 

 

1- Faire une ascension du Mont Everest ( Envisageable une fois que je me serais mise au sport et que j’aurais arrêté de fumer )

2- Aller à Maya Bay( Fait durant mon voyage en Thaïlande en avril 2016, c’était merveilleux même si c’était blindé de monde )

3- Nager avec des dauphins( Au Mexique en 2015, et c’était de la grosse grosse merde )

4- Publier un livre ( De toute la liste, c’est bien mon plus grand rêve )

5- Sauter en parachute ( Histoire de vaincre par peur du vide )

6- Manger dans tous les Hard Rock Café du monde ( 139 HRC dans 59 pays, c’est jouable )

7- Aller sur la grande muraille de Chine ( Je me suis toujours demandée comment elle se terminait )

8- Voir la comté en Nouvelle-Zélande ( Parce que c’est beau et que le prix de l’immobilier y est très rentable )

9- Nager avec des requins ( Pour l’adrénaline que ça procure )

10- Atteindre le Macchu Picchu au lever du soleil ( Parce que j’ai toujours rêvé d’aller au Pérou et de visiter la civilisation Inca )

11- Aller sur un site Maya ( Chichen Itza en avril 2015 )

12- Caresser et prendre un selfie avec un kangourou ✓ ( Fait en Australie en mai 2018 )

13- Passer quelques jours à Yosemite ( Les paysages sont incroyables, je rêverai d’y aller seule avec un sac à dos )

14- Visiter Antelope Canyon ( C’est tellement beau et tellement surréaliste )

15- Aller au grand Canyon( Fait durant l’été 2014 )

16- Monter au sommet de l’Empire State Building ( Et surplomber tout New-York tel Blair Waldorf )

17- Passer une nuit à Las Vegas entre amis ( Et ne plus me faire nexter par le serveur pour un cidre cette fois parce que je serais MAJEURE )

18- Participer au Spring Break de Cancun ( Parce que je resterai toujours une fétarde )

19- Randonnée jusqu’à The Rainbow Mountain ( Encore une merveille de la nature à voir absolument de mes propre yeux )

20- Voir le rocher Uluru en Australie  ( Mon troisième plus grand rêve, qui s’est réalisé le 31 mai 2018 ❤❤)

21- Voir les pyramides d’Egypte ( Car l’Egypte antique m’a toujours énormément intéressée )

22- Dormir sur un bungalow sur pilotis en Polynésie-Française ( Aé, qui dirait non à ça. Il n’y a pas de mal à aimer le luxe parfois )

23- Voir un ping pong show ( A voir une fois, mais pas deux.. )

24- Manger des insectes( Des petits grillons. Et ça a un goût de pistache. J’ai aussi gouté des vers au paprika et c’était immonde mais c’était plus à cause du paprika que du ver )

25- Passer une nuit dans la forêt d’Aokigahara au Japon ( Forêt du suicide au Japon. Histoire de voir si je peux y survivre une nuit ou si je finirais dans une vidéo de Logan Paul )

26- Faire une expédition en Antarctique ( Histoire d’avoir vu tous les continents et parce que celui-ci est complètement oublié )

27- Visiter le parc d’Harry Potter aux USA ( Sérieusement qui n’en rêve pas ? )

28- Faire du canoë dans les mangroves ( Je trouve ça tellement stylé )

29- Faire un trek dans la jungle ( Sans l’affût de touristes autour de moi , pitié !)

30- Faire un tour du monde ( Deuxième plus grand de mes rêves )

31- Voir une aurore boréale ( Dans un pays froid comme la Norvège, l’Alaska ou l’Islande, c’est tellement beau à voir )

32- Rouler sur la route 66 ( J’ai roulé sur la route voisine juste à côté mais alors vraiment JUSTE à côté, on s’est complètement trompé de route )

33- Faire un safari ( Je rêve d’aller au Kenya depuis toujours mais cela est fort onéreux hélas )

34- Prendre un vrai petit-déjeuner américain dans une petite ville Américaine ( C’était à Sedona en Arizona dans un petit restaurant typique et je me suis cassée le ventre. Tellement que j »en ai été malade d’ailleurs, mais osef c’était trop bon ! )

35- Vivre une expérience de survie ( J’ai toujours voulu participer à Koh Lanta ou apprendre les pratiques de base à connaître lorsqu’on est seuls en pleine nature. C’est intéressant et puis si ça peut t’empêcher de crever aussi pourquoi pas… )

36- Me retrouver face à un animal dangereux en pleine nature ( C’était encore à Sedona et c’était un puma. Le guide avait expliqué qu’il  ne fallait pas escalader les montagnes à cause des animaux dangereux : Pumas, fourmis de feu et serpents mais je ne comprenais rien à l’anglais du coup je l’ai fais quand même. Il était assez loin mais j’ai pas pris le risque qu’il se rapproche. Je me suis mangée en courant dans la descente aussi, c’était drôle mais ça fait mal )

37- Visiter les lacs d’Alberta au Canada ( Et y faire du kayak. La couleur de l’eau de ces lacs est tellement belle. Et le Canada est tellement vaste et il y a tant de nature à découvrir )

38- Vivre dans un pays étranger ( Vivre différemment, tout laisser derrière soi… tout recommencer à zéro )

39- Changer de couleur de cheveux ( J’aime bien ma couleur mais j’ai toujours voulu avoir les cheveux auburn )

40- Bosser pour un magazine de presse voyage ( Le métier de mes rêves )

41- Fêter Thanksgiving ( Dans une typique famille Américaine aux USA comme dans les films et séries )

42- Faire une expérience de spiritisme ( Et pouvoir parler à ma grand-mère )

43- Voir le cœur en Nouvelle-Calédonie ( Qu’est-ce que c’est beau ça aussi )

44- Camper une nuit en Bolivie ( Hôtel 5 millions d’étoiles )

45- Réaliser le rêve de quelqu’un d’autre( Ma moman que j’ai amené aux Etats-Unis )

46- Pique niquer sous les cerisiers en fleurs au Japon ( J’ai une grande passion pour les cerisiers alors que je trouve les cerises dégueulasses, allez comprendre… )

47- Voir la forêt de Yakushima au Japon ( Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est la forêt dans « Princesse Mononoké » )

48- Dormir dans un hôtel atypique ( Du style cabane dans les arbres, une bulle transparente, au dessus du vide…)

49- Se faire tatouer ( Plusieurs idées en tête mais pas encore décidée sur quel tatouage me faire, quel tatouage je pourrais être sûre de toujours aimer dans 50 ans )

50- Voir les 7 merveilles du monde ( J’en suis à trois pour le moment, plus que 4 ! )

51- Passer la saint valentin en Italie ( Fait à Florence en 2015 )

52- Me prendre la cuite de ma vie à mon enterrement de vie de jeune fille ( J’ai toujours une bonne raison pour boire )

53- Aimer sincèrement quelqu’un de passionné par le voyage comme moi ( L’espoir fait vivre… )

54- Faire du bénévolat dans un village africain ( Voyager et en même temps me préoccuper de quelqu’un d’autre que de moi-même… )

55- Survoler la grande barrière de corail ( Pour faire bisquer les gens sur Instagram ) second degré

56- Apprendre le langage des signes ( Petite lubie depuis que j’ai vu la famille Bélier, ce film était super nul mais ça serait cool de savoir le pratiquer )

57- Aller à Universal Studio ( Je n’avais jamais été dans un parc d’attraction aussi bien, mention spéciale pour Jurassic Park dont je chéris tous les films de tout mon coeur depuis toujours )

58- Voir le lieu de tournage de ma série préférée( Wisteria Lane à Universal Studio. Et oui j’ai pleuré comme un bébé )

59- Partir dans un autre pays du jour au lendemain sur un coup de tête ( Londres en automne 2015. J’ai dû vendre un rein pour payer mon billet retour. Heureusement ce n’était pas le mien )

60- Me marier ( Histoire de partir en lune de miel, un voyage en plus ça ne tue pas )

61- Divorcer ( Parce que sinon le titre de cet article n’aurait plus aucun sens )

62- Avoir un furet ( Parce que c’est trop mignon. Et j’aurais aussi peut-être un enfant, voir deux, mais quitte à choisir je préfère le furet )

63- Etre demoiselle d’honneur à un mariage ( & faire un discours de la honte sur de sombres cuites de soirée)

64- Passer une nuit au camping de l’horreur ( Camping de type survival situé à Los Angeles et clairement je rêve de passer une nuit blanche là-bas )

65- Faire un road trip ( Avec ma vieille 206 toute déglinguée mais que j’aime tant )

66- Trouver un trèfle à 4 feuilles ( Je suis une fille superstitieuse qui fuit les miroirs brisés et les pains retournés sur les tables )

67- Apprendre le mandarin ( Je dois en être à environ 2% pour le moment )

68- Etre hypnotisée ( Et je ne parle pas ici de l’hypnose bidon de l’abruti d’escroc de l’émission sur TF1 )

69- Eradiquer tous les chats ( Histoire d’être quand même vieille fille mais d’avoir une mort un peu plus digne )

 

 

En ayant jeter un coup d’oeil à d’autres bucket-list sur Internet, je me suis rendue compte que je n’étais pas spécialement originale mais quoi qu’il en soit, je m’en fiche. Je n’en ai pas mis 100 parce que je n’ai souhaité mettre que des choses que je voulais réellement faire du plus profond de mon être et que je barrerai certainement un jour ( sauf le dernier, évidemment, j’aime trop mon chat pour ça ✌ ) J’aimerais beaucoup aller dans l’espace ou gagner au loto mais j’aime garder une certaine part de lucidité. J’espère que cette liste vous a plu. N’hésitez pas à commenter si vous avez vous aussi fait une de ces choses pour me donner vos impressions. 

 

 

 

☞ Et toi là, t’aimerais faire quoi ?  ☜